On Vous Dit Tout

chercher la vérité au delà des apparences et des illusions


 
AccueilAccueil  PortailPortail  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez
 

 Diététique du cerveau

Aller en bas 
AuteurMessage
Alyne
Invité



Diététique du cerveau Empty
MessageSujet: Diététique du cerveau   Diététique du cerveau Icon_minitime19/6/2007, 06:44

Certaines vitamines participent très étroitement au fonctionnement des neurones et des autres cellules cérébrales. Ainsi la vitamine B1 est très importante pour le cerveau car elle lui permet d'utiliser le glucose, assurant la production d'énergie.

Pour ce qui est de la restriction en vitamine B12, elle produit des symptômes nerveux et psychiâtriques.

Le déficit en vitamine B9 (l'acide folique) induit de redoutables anomalies lors de l'élaboration du système nerveux de l'enfant ; chez les personnes âgées, sa carence diminue l'activité intellectuelle.

La vitamine E, aidée par le sélénium, protège contre le vieillissement, notamment cérébral.

Pour que l'oxygène parvienne au cerveau, il faut qu'il soit transporté par les globules rouges ; afin d'assurer cette fonction, ces petites cellules rondes doivent impérativement contenir suffisamment de fer puisé obligatoirement dans les aliments. Or, seul le fer des viandes est correctement absorbé lors de la digestion, tandis que celui des végétaux, c'est-à-dire des épinards de Popeye, s'avère faiblement efficace.
Nombre de fatigues nerveuses et de maladies qui traînent ne sont que l'expression d'une carence en fer ; en France, cela concerne directement une femme sur 4.

Le zinc participe aux mécanismes de la perception du goût et à l'olfaction : privé de cet oligo-élément, on perd le goût des aliments et celui de la vie. La carence en zinc (due notamment à la diminution des aliments carnés) entraîne une réduction de l'appréciation du goût. Les aliments, paraissant alors insipides, ne sont plus consommés, faute de procurer du plaisir ; ce qui provoque une aggravation de la carence ; ainsi s'instaure le cercle vicieux.

La restriction en iode rend crétin, dans l'acception médicale du terme.

Le rationnement en magnésium porte sur les nerfs.

Trop de manganèse fait délirer, trop peu abrutit.

Le déficit en cuivre "rétame" le cerveau.

(source : extraits du livre de Jean-Marie Bourre "diététique du cerveau, nouvelle donne".)

Alyne
Revenir en haut Aller en bas
 
Diététique du cerveau
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» stimulation du cerveau
» la maladie génétique de ma fille !
» Google et dépenses énergétique
» Aromathérapie énergétique de Lydia Bosson, Guénolée Dietz
» Vulgarisation 5 - Introduction au génie génétique

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
On Vous Dit Tout :: Santé :: habitudes alimentaires-
Sauter vers: