On Vous Dit Tout

chercher la vérité au delà des apparences et des illusions


 
AccueilAccueil  PortailPortail  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Des trous chez nous

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
tipoual
superstar


Nombre de messages : 161
Age : 40
Localisation : Québec
Date d'inscription : 17/06/2007

MessageSujet: Des trous chez nous   28/5/2011, 13:15

Eh oui, a 7 minutes de chez moi en voiture, il y a des trous mystérieux qui sont apparu. Comme partout dans le monde.

photos

Je vous laisse ces articles pour en témoigner : dans cyberpresse le 26 mai





Marc Allard
Le Soleil


(Québec) Martin Lagacé allait rejoindre son fils de 11 ans pour qu'ils se lancent la balle à l'arrière de sa maison lorsqu'il a vu un gros trou de près de six pieds de profondeur dans l'entrée d'asphalte.

«Mon gars est arrivé à la course et m'a dit : "Papa, viens voir le trou"» raconte M. Lagacé, 42 ans. «Une chance qu'il n'est pas tombé dedans.»

Propriétaire de trois logements, dont le sien, sur le boulevard Henri-Bourassa, dans le quartier Notre-Dame-des-Laurentides, dans l'arrondissement de Charlesbourg, Martin Lagacé fait partie de la quarantaine de personnes à qui la Ville de Québec a recommandé d'évacuer sa résidence à cause d'un mystérieux affaissement du terrain.

Situé à l'angle du boulevard Henri-Bourassa et de la côte de la Sucrerie, ce terrain vague à flanc de montagne, qui mesure environ 6000 mètres carrés, donne l'impression d'avoir reçu une pluie de météorites. Depuis vendredi dernier, les crevasses se sont multipliées sur ce pré où elles ne sont apparues que sporadiquement au cours des 40 dernières années.


Jusqu'à maintenant, la Sécurité civile a recensé au moins une trentaine de trous d'un à cinq mètres de profondeur, dont celui qui a perforé le stationnement en asphalte derrière chez M. Lagacé.

«Ça fait neuf ans que je reste ici, dit-il, et je n'ai jamais vu ça.»

Après une semaine d'analyses, les experts en mouvement de sol du ministère de la Sécurité publique ne sont pas encore parvenus à déterminer la cause de l'instabilité du sol.

«C'est un phénomène, pour l'instant, qui est difficile à expliquer», a indiqué jeudi en conférence de presse la présidente de l'arrondissement de Charlesbourg, Odette Simoneau.

«Ce n'est pas documenté au Québec une situation comme celle-là», a ajouté le directeur par intérim du Bureau de la sécurité civile de la Ville, Claude Pigeon.

Lorsqu'ils ont été informés de l'affaissement, vendredi, le maire Labeaume et le comité exécutif ont demandé que «le principe de précaution» soit appliqué afin «de tendre vers un risque zéro pour la sécurité des citoyens», a précisé François Picard, vice-président du comité exécutif.

Samedi, la Ville de Québec a tenu une réunion d'information avec les citoyens du secteur lors de laquelle elle a suggéré aux occupants de trois résidences d'évacuer les lieux, précise le porte-parole de la Ville, Jacques Perron. Puis, mercredi, une autre réunion a eu lieu pour encourager les occupants de 12 autres résidences à évacuer.

Zone à surveiller dans le secteur Notre-Dame-des-Laurentides (carte)

40 personnes déplacées

Au total, la Ville incite donc une quarantaine de personnes habitant 15 résidences - maisons unifamiliales, triplex et duplex - situées à proximité du terrain affaissé à quitter leur logement pour une période indéterminée. Le temps qu'une analyse «plus pointue» leur garantisse qu'elles peuvent revenir en sécurité, a indiqué M. Pigeon.

«On a une préoccupation prioritaire, dit-il, et c'est de ne pas mettre la vie des gens en jeu.»

Depuis une semaine, des experts du ministère des Transports venus épauler la Ville ont constaté que le mouvement du sol s'est amplifié et que les trous sont de plus en plus grands sur les lieux de l'affaissement, «de telle sorte qu'on ne peut pas prévoir s'il n'y a pas des cavités qui vont se former sous les résidences», a expliqué le directeur par intérim de la Sécurité civile.

Michel Pageau, 51 ans, habite dans la côte de la Sucrerie avec sa femme. Sa maison est voisine du terrain vague où les crevasses se multiplient. La Ville lui a conseillé d'évacuer. Mais il préfère rester chez lui pour le moment.

«S'il m'arrive un trou, si ça perce ici, dit-il en pointant son terrain, je ne sais pas si je vais être inquiet, mais je vais être en maudit par exemple.»

Comme les autres personnes encouragées à évacuer l'endroit, M. Pageau pourrait être hébergé dans un hôtel de la région en attendant les autres analyses. Il serait pris en charge durant 72 heu­res par la Croix-Rouge. Puis, après ce délai, la Ville l'aiderait financièrement jusqu'au 9 juin, comme elle s'y est engagée pour toutes les personnes évacuées. Par la suite, le ministère de la Sécurité publique offre des programmes d'indemnisation.



Refus de partir

À moins de se sentir vraiment en danger, M. Pageau n'a pas l'intention de bouger. Il changera peut-être d'idée lors de la prochaine réunion d'information de la Ville sur l'affaissement, le 7 juin.

Martin Lagacé, lui, songe à aller à l'hôtel avec son fils, en fin de semaine, parce qu'on annonce de la pluie. Le père monoparental soupçonne que l'eau, qui ruisselle du haut de la montagne derrière chez lui, est responsable des trous.

Récemment, avec le dégel et les nombreuses précipitations, l'eau a jailli du sol près de l'intersection du boulevard Henri-Bourassa et de la côte de la Sucrerie, d'où elle est dirigée vers la rivière Jaune. Les analyses préliminaires menées par la Ville tendent à démontrer que cette eau provient de la nappe phréatique qui suit l'axe naturel d'écoulement de la montagne.

M. Lagacé a investi beaucoup d'argent pour agrandir sa propriété et louer les deux autres appartements. Si l'affaissement entraîne des dommages importants, son assurance ne couvre ni ses pertes matérielles ni la perte de loyers.

«Avoir su, dit-il, je n'aurais pas mis 200 000 $ pour agrandir.»
__________________________________________________

Suite le 27 mai

(Québec) Tout indique que c'est un phénomène de surface, et non une cause profonde, qui a provoqué des affaissements de terrain dans le nord de l'arrondissement de Charlesbourg, d'après des géologues interviewés par Le Soleil.

Il arrive que des «trous» apparaissent parce que de l'eau a grugé une cavité (parfois très grande), nommée karst, dans la roche souterraine. Mais cela ne survient que lorsque le sol repose sur un soc rocheux érodable, comme du calcaire, ce qui n'est pas le cas de la zone touchée, nuance le géotechnicien de Ressource naturelle Canada Didier Perret - qui avertit qu'il ne s'est pas rendu sur place et ne peut donc rien faire de plus que des hypothèses.


Si l'on trouve beaucoup de calcaire dans les basses terres, l'endroit concerné se situe si haut dans l'arrondissement de Charlesbourg qu'il est presque à la hauteur du lac Beauport. Cela le place clairement dans ce que les géologues appellent la «province géologique de Grenville», qui fait partie du Bouclier canadien. Le soc rocheux, vieux d'environ un milliard d'années, n'y est pas constitué de calcaire mais de roches granitiques, ce qui écarte a priori complètement la possibilité d'un karst.



Bonne nouvelle


C'est d'ailleurs une assez bonne nouvelle, commente M. Perret, car les trous causés par des karsts peuvent atteindre plusieurs dizaines de mètres de diamètre...


À première vue, donc, tout semble s'être joué à faible profondeur. Dans ce secteur, poursuit le géotechnicien, le passage des glaciers, il y a des milliers d'années, a laissé des dépôts meubles constitués d'une cou­che de sable et de gravier recouverte d'une couche de silt - le silt étant un dépôt dont les grains sont plus gros que ceux de l'argile, mais plus petits que ceux du sable.


D'après ce qu'a pu apprendre Le Soleil, le champ où les affaissements sont survenus serait justement une ancienne sablière. Il semble qu'aucun trou ne se soit formé dans le boisé qui ceinture ce champ.


Il n'est donc «pas impossible qu'il y ait eu des pressions d'eau vers le haut, avance M. Perret. [Avec les pluies des dernières semaines], l'eau a pu s'infiltrer le long de la paroi de la montagne, sous la couche de dépôts meubles», ce qui aurait créé une pression d'eau qui aurait lavé une partie des sols vers le bas de la pente - c'est à peu près au bas de la montagne que les affaissements se sont produits.


«Maintenant, toute la question est de savoir où est allée cette eau», poursuit l'expert. Il est possible qu'elle se soit déversée dans un ruisseau qui coule à environ 250 mètres de là - auquel cas il faudra voir par quels canaux elle s'y est rendue. On peut aussi imaginer que la roche sous ce terrain est fracturée, ce qui aurait fourni à l'eau un passage, mais cela reste évidemment à vérifier.
____________________________________________



Marc Allard
Le Soleil


(Québec) Alors que les résidants continuent d'évacuer leur domicile à proximité de l'affaissement de terrain de Notre-Dame-des-Laurentides, la Ville de Québec a déployé des radars et lancé trois études techniques, vendredi matin, afin d'élucider la mystérieuse apparition de trous dans le sol.

La Ville a notamment amorcé une étude géophysique qui lui permettra, à l'aide de géoradars, d'obtenir une «échographie du sol» sur ce terrain vague situé à l'angle du boulevard Henri-Bourassa et de la côte de la Sucrerie.

«On va aller confirmer, aux endroits où on a des anomalies, ce qu'il y a vraiment sous terre», a expliqué vendredi en conférence de presse le directeur du Service de l'ingénierie de la Ville, Daniel Lessard.

À partir de la montagne sur laquelle se trouve le terrain vague affaissé, un balayage radar sera ensuite effectué afin de mesurer précisément les mouvements du sol.


En parallèle, des ingénieurs et des experts vérifieront si les structures des habitations situées dans le secteur à risque ont la capacité de résister à des déformations du sol.

L'échographie, le balayage et les tests de structure combinés permettront à la Ville de mieux comprendre les causes de l'affaissement de terrain et d'adopter les mesures appropriées, a expliqué M. Lessard.

Les résidants à qui la Ville a suggéré d'évacuer leur maison devront toutefois être patients. Il leur faudra attendre au moins deux semaines avant que la Ville obtienne les résultats des trois expertises.

Depuis jeudi, un seul trou s'est agrandi sur le lieu de l'affaissement, a constaté la Ville.

Pour l'instant, l'affaissement demeure un mystère. «On est en face d'un phénomène tout à fait inusité, a rappelé Daniel Lessard. Tous les spécialistes qu'on a consultés arrivent à la même conclusion.»

En marge de la conférence de presse annonçant la tenue du premier Bal du maire, vendredi, Régis Labeaume a néanmoins évoqué une première hypothèse.

«Cet endroit est le site d'une ancienne sablière, et il y aurait environ 10 m de sable et une couche de limon, a t-il dit. La théorie qui est étudiée présentement veut qu'une résurgence d'eau lave cette couche de sable et fasse sortir une tonne de sable à chaque jour, ce qui causerait les affaissements», a signalé le maire.

Régis Labeaume a ajouté qu'il avait obtenu la confirmation que l'égout collecteur de la Ville situé dans le secteur de l'affaissement n'était pas la cause du problème. «C'est une bonne nouvelle de savoir que ce ne sont pas nos installations qui sont le problème, mais nous n'avons pas encore localisé la source d'eau qui lave le sable», a-t-il ajouté.

Récemment, avec le dégel et l'abondance des précipitations, l'eau a jailli du sol près de l'intersection du boulevard Henri-Bourassa et de la côte de la Sucrerie, d'où elle est dirigée vers la rivière Jaune. Les analyses préliminaires menées par la Ville tendent à démontrer que cette eau provient de la nappe phréatique qui suit l'axe naturel d'écoulement de la montagne.

Le maire de Québec a également précisé les raisons qui ont poussé la Ville à recommander l'évacuation d'une quinzaine de résidences à proximité de l'affaissement. «Sans vouloir faire peur aux gens, on ne voulait pas prendre de chance, alors on leur a conseillé de quitter leur résidence, a-t-il dit. [Mais] on ne peut pas les forcer à le faire.»

Vendredi, d'autres résidants ont choisi d'évacuer leur maison, inquiets qu'un trou apparaisse sur leur terrain ou, pire, sous leur maison.

Sur la quarantaine de personnes que la Ville a encouragées à partir, au moins 18 ont accepté d'être logées temporairement à l'hôtel et d'être prises en charge par la Croix-Rouge. La Ville a promis d'aider financièrement les évacués jusqu'au 9 juin. Par la suite, le ministère de la Sécurité publique offre un programme d'indemnisation.

Claude et Andrée Bourget, qui habitent dans la côte de la Sucrerie, ont décidé de quitter leur maison au moins pour la fin de semaine. «Ils ne savent pas ce qui se passe eux autres [les ingénieurs de la Ville], alors imagine nous, dit M. Bourget. On est dans l'incertitude. Et on n'aime mieux pas prendre de chance.»

La Ville a prévu une réunion d'information le 7 juin pour faire le point avec les résidants du secteur. Le maire Labeaume devrait se rendre sur le lieu de l'affaissement de terrain au début de la semaine prochaine.

Sans appel d'offres

Le maire Labeaume a utilisé son «pouvoir d'urgence» afin que la Ville de Québec puisse embaucher sans appel d'offres deux firmes d'ingénieurs pour trouver les causes de l'affaissement de terrain à Notre-Dame-des-Laurentides.

La Ville a accordé un contrat aux Laboratoires Ville-Marie, une filiale de la société d'ingénierie Dessau, pour faire notamment une analyse géotechnique du sol. Elle a également donné un contrat à la firme Géophysique GPR International pour effectuer, entre autres, le balayage radar du terrain.

Normalement, la Ville doit effectuer un appel d'offres avant d'accorder un contrat de plus de 25 000 $, un processus qui prend au moins une semaine, indique le porte-parole de la Ville, Jacques Perron.

Or, la loi prévoit que la Ville peut éviter ce processus quand une situation d'urgence menace la santé ou la sécurité de ses citoyens. «Avant que tout tombe, je pense que c'était une bonne idée d'y aller tout de suite», a expliqué vendredi Régis Labeaume, qui devra faire rapport des contrats au comité exécutif et au prochain conseil municipal.

Ce n'est pas la première fois qu'un maire de Québec utilise ce pouvoir. Par exemple, Jean-Paul L'Allier l'avait fait en 2002 lorsque Québec avait été frappée par une pénurie d'eau potable et que la Ville avait dû effectuer des travaux de construction majeurs entre la rivière Jacques-Cartier et la rivière Saint-Charles pour pomper de l'eau, rappelle Jacques Perron
Revenir en haut Aller en bas
Joseck
superstar


Nombre de messages : 160
Date d'inscription : 17/06/2007

MessageSujet: Re: Des trous chez nous   28/5/2011, 13:38

Ca fera un parcours de golf spécial DSK
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Des trous chez nous   28/5/2011, 15:18

Citation :
Tipoual
Comme partout dans le monde.
ou y a t'il d'autres cas similaire
Revenir en haut Aller en bas
antitout
Modo


Nombre de messages : 147
Localisation : amerique du nord ouest
Date d'inscription : 20/11/2007

MessageSujet: Re: Des trous chez nous   28/5/2011, 17:46

ben tipoual je savais pas que tu restais dans ce coin la ,ils en on parlé hier soir aux nouvelles. ca devient inquietant ces trous partout dans le monde. affraid
Revenir en haut Aller en bas
Fleur de Diamant
Modo


Nombre de messages : 1101
Age : 56
Localisation : Hémisphère Sud
Date d'inscription : 17/06/2007

MessageSujet: Re: Des trous chez nous   28/5/2011, 21:11

popcorn a écrit:
Citation :
Tipoual
Comme partout dans le monde.
ou y a t'il d'autres cas similaire

Ben déjà dans le Nord de la France, il y a eu des maisons construites sur du gruyère. D'anciennes mines de charbon.

Voici quelques liens d'affaissements de terrains autre qu'en France :

http://www.memphremagog.org/fr/lexique.php?id=36

Ici c'est dans le Var

Ici c'est dans le Nord (un autre lieu que celui que j'ai cité plus haut)

Ici à Tegucigalpa

_________________
J'espère qu'un jour, tous les êtres s'aimeront.


Dernière édition par Fleur de Diamant le 30/5/2011, 08:00, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Des trous chez nous   29/5/2011, 01:16

J'avais pu lire que la terre était entraine de grossir , faut pas grand chose pour des affaissements et glissements de terrain
Revenir en haut Aller en bas
Fleur de Diamant
Modo


Nombre de messages : 1101
Age : 56
Localisation : Hémisphère Sud
Date d'inscription : 17/06/2007

MessageSujet: Re: Des trous chez nous   29/5/2011, 05:54

popcorn a écrit:
J'avais pu lire que la terre était entraine de grossir , faut pas grand chose pour des affaissements et glissements de terrain

La terre en elle même est dans sa totalité. Elle fait un tout. Pour qu'elle grossisse, il faudrait qu'il y ait de la terre qui vienne de l'univers. Enfin, à mon sens. A moins que tu te sois mal exprimé et que tu veuilles dire autre chose ?


_________________
J'espère qu'un jour, tous les êtres s'aimeront.
Revenir en haut Aller en bas
ishtar
superstar


Nombre de messages : 161
Date d'inscription : 17/06/2007

MessageSujet: Re: Des trous chez nous   30/5/2011, 03:43

Citation :
Pour qu'elle grossisse, il faudrait qu'il y ait de la terre qui vienne de l'univers. Enfin, à mon sens. A moins que tu te sois mal exprimé et que tu veuilles dire autre chose ?

non,non
il ne s'est pas mal exprimé
il a raison
la terre est en expansion
c'est un concept totalement incongru si on s'en tient aux livres d'école
seulement voilà , il existe des interactions cosmiques qui ne sont pas dans ces livres

cela n'est pas encore très bien explicité (ou alors chose plus raisonnable je n'ai pas encore très bien compris)

va voir du côté de Chatillon ,il en parle
Revenir en haut Aller en bas
tipoual
superstar


Nombre de messages : 161
Age : 40
Localisation : Québec
Date d'inscription : 17/06/2007

MessageSujet: Re: Des trous chez nous   30/5/2011, 04:55

Moui c est ce que dit aussi mon père que probablement il y aurait une rivière souterraine. Voici les dires de chatillon sur incapabledesetaire.com

Citation :
Oulà le mystère des trous s'accentue. Devant l'incertitude, l'ingénieur de la ville de Québec a fait appel à des géologues munis de géoradars qui, devant le mystère, ont du faire appel à des géophysiciens de l'Ouniversité!---Hey, vous avez donné des permis de construire sur une rivière souterraine, ça prend pas un cour classique pour trouver ça.
Revenir en haut Aller en bas
Fleur de Diamant
Modo


Nombre de messages : 1101
Age : 56
Localisation : Hémisphère Sud
Date d'inscription : 17/06/2007

MessageSujet: Re: Des trous chez nous   30/5/2011, 08:04

Ishtar,

Citation :
seulement voilà , il existe des interactions cosmiques qui ne sont pas dans ces livres

Je n'ai fais que suivre la logique de ma petite tête. 1 kg + 1 kg = 2 kg. C'est pour ça que pour moi, il ne peut y avoir davantage de terre que celle qu'il y a.

Sinon, dis en un peu plus et je me coucherai moins bête

_________________
J'espère qu'un jour, tous les êtres s'aimeront.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Des trous chez nous   30/5/2011, 10:12

Il y a bien d'autres choses qui rentrent en jeu que la simple matière qu'on voit , Fleur, d'ailleurs il y en a qui essaient de faire des expérience pour comprendre comment un corps humain fait pour rester à 37º constamment en avalant que 2000/2500 kcal par jour, avec de l'eau ils n'y arrivent pas.
Donc c'est qu'il y a autre chose que la matière visible qui nous nourrit et ce doit être pareil pour la terre.
D'ailleurs la théorie de l'expansion de la terre est connue mais non reconnue par les milieux scientifiques (évidement ils sont assez bornés)
Tu peux voir cette vidéo video passée sur Arte sur l'expansion de la terre, c'est très bien expliqué
sinon il y a wikipedia mais c'est moins marrant et moins complet


Dernière édition par Cassiopée le 30/5/2011, 10:16, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Des trous chez nous   30/5/2011, 10:12

Citation :
Sinon, dis en un peu plus et je me coucherai moins bête
tout les jours le marchand de sable passe , pourtant
et les rêves sont en expansion .

http://www.youtube.com/watch?v=XIAiYGEJFNk

Dire qu'une vérité ne peut en contredire une autre ...

Citation :
La notion d' intellect agent vient d'Aristote, dans son traité De l'âme, III, 5 : c'est la fonction de connaissance qui produit les intelligibles (noêta), les réalités pensées (dont Dieu) : il permet la saisie de l'intelligible, du pensable, comme la lumière permet la saisie du visible, du perçu. Cependant - et là commencent les problèmes d'interprétation - il semble transcendant, il paraît échapper à notre pensée consciente d'homme, aux images, au corps, car il est "séparé, impassible et sans mélange", toujours en acte, "seul immortel et éternel", et il vient du dehors dans le corps du foetus.
Revenir en haut Aller en bas
antitout
Modo


Nombre de messages : 147
Localisation : amerique du nord ouest
Date d'inscription : 20/11/2007

MessageSujet: Re: Des trous chez nous   30/5/2011, 19:01

sur la premiere photo on peut remarquer que,

autour dans le fond on voit des montagnes et plus proche , des monts.


ce qui laisserait presager que, avec la fonte des neiges, et toute la pluie que nous avons eu durant le mois de mai, le sol soit minée sous terrainement et s'effondre.

ca n'est qu'une explication logique et sans pretention.

peut etre que d'autres diront que c'est a cause de HAARP.

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Des trous chez nous   Aujourd'hui à 13:43

Revenir en haut Aller en bas
 
Des trous chez nous
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Un livre sur les oiseaux de chez nous.
» Quelques nouvelles de chez nous
» Dieu vient chez nous
» Le ciel de chez nous
» A TOI QUI VIENT CHEZ NOUS POUR LA PREMIERE FOIS

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
On Vous Dit Tout :: phénomènes et événements extraordinaires :: faune et flore et événements extraordinaires-
Sauter vers: